Catégories
Infos

Les infos de l’APHO

INFOS / APHO – Juin 2021

Conférences programmées en 2021

  • la première sur l’épopée de l’ambulance n°7 pendant la guerre de 1870-1871.
  • la seconde sur Paul Gauguin à Orléans

La prochaine édition des journées européennes du patrimoine 2021 aura pour thème : Patrimoine pour tous. Les JEP se dérouleront les 18 et 19 septembre prochain.

> Christian JAMET, historien de l’art et écrivain interviendra lors de ces Journées Européennes du Patrimoine et donnera une conférence qui s’intitulera:

« Un Orléanais nommé Paul Gauguin ».

Elle aura lieu le 18 septembre 2021 à 14h30 (Salle de conférence Jacques Guillemeau au Centre hospitalier régional d’Orléans).

Résumé de la conférence: Un Orléanais nommé Paul Gauguin.

On associe fort justement Paul Gauguin à la Bretagne et à la Polynésie mais on oublie souvent qu’il est issu, du côté paternel, d’une vieille famille orléanaise et qu’il a lui-même séjourné durant sa jeunesse, près de neuf ans dans la cité johannique et ses alentours. Cette conférence invite à suivre ses pas entre le petit séminaire diocésain de La Chapelle-Saint-Mesmin et le lycée orléanais de la rue Jeanne-d ’Arc, en passant par Saint-Pryvé où le jeune Paul allait jouer avec le fils de Louis Pasteur ou bien encore, à Orléans, l’actuel quai de Prague où se trouvait sa maison, héritage de son grand-père Guillaume Gauguin, qui fut épicier dans le quartier Saint-Marceau.

En introduction de cette communication, un bref historique de la Résidence Paul Gauguin sera présenté par Philippe MINSTER, secrétaire général de l’APHO. Cette résidence fut tout à tour petit séminaire diocésain, sanatorium, hôpital militaire, hôpital américain, maison de retraite et enfin Ephad dénommé Résidence Paul Gauguin, rattachée au centre hospitalier régional d’Orléans.

Les inscriptions à cette conférence sont d’ores et déjà ouvertes. Inscription par mail à aapho45@gmail.com

Lors de votre inscription, merci de laisser vos coordonnées.

Séance de dédicace du dernier livre de Christian Jamet (Gauguin – Les chemins de la spiritualité, Cohen&Cohen), à l’issue de la conférence.

Ci-dessus, les deux ouvrages de Christian JAMET sur Paul GAUGUIN(c) Christian Jamet

> Vivian PRIN, conférencière a communiqué le jeudi 4 juin sur l’Ambulance n°7 et son épopée durant la guerre de 1870, au couvent des Ursulines à Beaugency.

Résumé de la communication de Viviane PRIN:

L’AMBULANCE N°7 au couvent des Ursulines de BEAUGENCY du 8 décembre 1870 au 28 janvier 1871

Le 4 juin 2021, Sœur Marie-Odilia (Archiviste) et Viviane PRIN ont présenté une conférence dans le couvent des Ursulines, au n° 13 rue Porte de Tavers, là même où l’Ambulance n°7 a soigné les blessés des batailles environnantes, français, bien évidemment, mais aussi prussiens.

Les conférencières se sont attachées à présenter d’abord cette Ambulance, c’est-à-dire cet hôpital mobile (oh combien) chargé de donner les premiers soins au plus prés des lieux des combats puis ses pérégrinations.

Partie de Paris en août 1870, l’Ambulance n°7, surnommée « l’Ambulance des séminaristes », car elle comprenait des infirmiers religieux, est montée jusqu’à Metz et Sedan. Après la défaite, il est demandé au chirurgien en chef, Armand Desprès, en charge de l’Ambulance n°7, de la dissoudre. Ce qu’il refuse. A pied jusqu’à Genève puis en train, l’Ambulance arrive via Bourges à Orléans.

Après de nombreux déplacements dictés par les lieux des combats, l’Ambulance arrive à Beaugency où elle est hébergée au Couvent des Ursulines, sœurs enseignantes et non hospitalières.

Le docteur Desprès, d’une part, coordonne l’activité médicale répartie dans différents lieux, publics (le théâtre..) et privés. Des blessés sont hébergés chez des Balgentiens.  D’autre part, Armand Despres procède à de nombreuses opérations dans les caves du Couvent, à l’abri des bombes que s’échangent au-dessus des têtes des soignants et des blessés, les belligérants, prussiens au sud de la Loire et troupes françaises, au nord, sur le flanc de la Beauce.

Les blessés dans la cave du couvent des sœurs Ursulines à Beaugency (c) APHO

Les conférencières illustrent leurs propos par de nombreuses anecdotes, issues du livre de bord tenue par les religieuses durant cette guerre. Sœur Marie-Odilia relate : ˝Alors que les prussiens ont envahi Beaugency et veulent connaître les noms des blessés, le docteur Desprès refuse de le faire par différents stratagèmes, un blessé prussien se cache même afin de rester au Couvent des Ursulines plutôt que d’être soigné par une Ambulance prussienne. Tout le couvent est à disposition. Il nous a fallu trouver du linge pour panser les blessés deux fois par jour et faire de la charpie an abondance. Les nombreux blessés sont transportés au couvent par 2 ,3, 4 voitures…Ils présentent le plus souvent des plaies par balle. On peut se faire une idée du tableau quand ils arrivaient dans nos cours. La tâche est rude et laborieuse. Plusieurs sœurs furent malades. Des Balgenciens fournissent des tenues civiles aux blessés convalescents afin qu’ils puissent plus facilement s’évader de nuit.ʺ

Sœur Marie-Odilia relate les faits de l’époque, issus du livre de bord tenu par les religieuses durant cette guerre. (c) APHO

Les difficultés d’approvisionnement, en nourriture, en linge, en moyen de chauffage – l’hiver est très rude, la température est largement négative jusqu’à -11°, la Loire charrie des glaçons – sont soulignées par les conférencières qui note la générosité et la débrouillardise des Balgentiens, pourtant eux-mêmes soumis aux pénuries de biens de première nécessité, et les démarches insistantes du docteur Desprès pour obtenir toujours plus d’équipements et de moyens.

A l’issue de cette conférence, très appréciée unanimement, une visite du sous-sol est effectuée, là où précisément l’Ambulance a exercé son activité de soins. Après le « grand cellier » et les caves, les couloirs voûtés sont découverts : lieux des opérations chirurgicales – car plus clairs au dire du docteur Desprès lui-même – alors que l’on peut constater que la lumière naturelle y parvient … avec discrétion et parcimonie !

Enfin les conférencières, rapportent de nombreux témoignages du dévouement sans borne des personnels de l’Ambulance, depuis le chef jusqu’au cocher et des sœurs qui d’enseignantes ont su devenir en peu de temps, hospitalières.

Merci à Bernard BAURRIER, auteur de cette synthèse sur la conférence du 4 juin 2021.

Les conférencières répondent aux questions de l’assistance. (c) APHO

Vu la jauge réduite imposée par les règles sanitaires du moment, une autre conférence est programmée sur cette Ambulance n°7. Date: le 17 novembre 2021 à 17h. Lieu: Couvent des Ursulines / 13 rue Porte Tavers. / Contact: aapho45@gmail.com.

Conseil d’administration

Le conseil d’administration de l’APHO a eu lieu le mardi 22 juin dans la salle polyvalente du CHR d’Orléans. Il a permis de programmer les actions à venir, notamment la publication d’une étude du Dr Denis Dauphin sur Jacques Guillemeau, médecin et embaumeur de 4 rois. Elle sera mise en ligne en juillet . Approbation du CA pour rééditer le journal de l’Abbé Ménard qui décrit jour après jour, les faits qui se sont déroulés sur Orléans et dans l’hôpital, lors de la 2ème guerre mondiale.

Parmi les décisions prises: Changement de dénomination pour le dépôt muséal qui devient le conservatoire du patrimoine. Dans ce conservatoire sont entreposés l’ensemble des collections du CHR d’Orléans.

22 Juin 2021: Le conseil d’administration de l’APHO. (c) CHRO

(c) APHO / Juin 2021